Les pathologies du Bouvier Bernois

Le bouvier Bernois peut développer plusieurs maladies

 

L’ histiocytose maligne chez le bouvier bernois

Description de la maladie

L’histiocytose maligne est un cancer qui touche plusieurs races de chiens dont le bouvier bernois avec une fréquence assez alarmante qui est de l’ordre de plus de 20 % de chiens atteints. L’âge moyen de ces chiens est d’environ 6 ans, mais la maladie peut également toucher des sujets plus jeunes, les cas recensés variant entre 2 et 10 ans.

Le sarcome histiocytaire est une tumeur des histiocytes, cellules responsable de fonctions immunitaires. Le sarcome histiocytaire diagnostiqué chez les bouviers bernois, se caractérise généralement par le développement de tumeurs disséminées dans plusieurs organes (rate, poumons, foie, nœuds lymphatiques.

Aucun traitement n’est efficace à ce jour et l’issue est fatale.

Pour en savoir plus  sur l’histiocytose, ses études et test de dépistage un clic ICI

 

La maladie de Von Willebrand

Description de la maladie

Ce nom compliqué est un défaut de la coagulation, associé à une concentration anormalement basse du facteur du même nom dans la circulation sanguine.

 La maladie de Von Willebrand fut mise en évidence chez le bouvier bernois vers la fin des années 1990. La recherche a démontré que le type 1 était en cause.

Pour en savoir plus  sur la maladie de Von Willebrand, signes cliniques, transmission, études et test de dépistage un clic ICI

 

La Myélopathie Dégénérative

Description de la maladie

La myélopathie dégénérative est une maladie dégénérative des cellules nerveuses de la moelle épinière, principalement thoracique. On retrouve cette maladie essentiellement chez le Berger Allemand, le Rhodesian Ridgeback, le Boxer, le Chesapeake Bay Retriever et le Pembroke Welsh Corgi.  Le Bouvier Bernois peut en être atteint aussi.

 
La Myélopathie Dégénérative conduit à une paralysie des membres postérieurs à partir de 8 ans. Un test ADN fiable permet de dépister les reproducteurs, d’adapter les accouplements pour éviter de faire naître des chiots atteints et de propager la maladie dans la race.

Une grave maladie neurologique. Pour en savoir plus  sur la myélopathie dégénérative ses signes cliniques, transmission, études et test de dépistage un clic ICI

 

Dysplasie hanches et coudes

Description de la maladie

Caractéristique des chiens de grande race comme le Bouvier Bernois, la dysplasie est une affection qui vient de la laxité excessive de la tête fémorale au niveau de la cavité articulaire de la hanche. Même si les signes extérieurs ne sont pas les mêmes pour tous les chiens, les plus récurrents sont la boiterie postérieure, le galop en saut de lapin, la démarche chaloupée, la difficulté à se lever et les épaules plus larges que les hanches.

 

Quelles en sont les causes ?

La principale cause de la dysplasie est l’hérédité. Certains facteurs environnementaux, tels l’alimentation et le niveau d’exercice, contribuent cependant à accroître son apparition.

 

Le dépistage de la dysplasie chez le bouvier bernois.

Si le chiot ne présente aucun de ces symptômes, le dépistage par radiographie de la dysplasie ne se fera qu’à partir de 12 mois. Après il faudra une lecture officielle effectuée par un lecteur de club de race. À noter qu’il faut éviter de faire une radiologie de la dysplasie coxo-fémorale à une chienne, 3 semaines avant ou après la période de chaleur parce que la laxité ligamentaire naturelle est susceptible de fausser les résultats.

 

Que faire pour prévenir la dysplasie chez le bouvier bernois ?

Choisir un bon éleveur.

Pour éviter que vos chiots ne développent une dysplasie, commencez par choisir des parents qui ne présentent qu’un stade de dysplasie A, B ou C.

Insérer l’activité physique de façon progressive : Consultez notre article sur la croissance du bouvier bernois pour comprendre comment gérer son activité physique lors des premiers mois.

 

Maintenir une bonne condition physique : Un chien trop sédentaire risque de prendre du poids, ce qui mettrait une pression supplémentaire sur ses hanches. Gardez votre chien mince! Le manque de sport risque également d’entraîner l’atrophie de sa musculature. Il faut de bons muscles pour supporter les articulations!

 

Eviter de longues promenades avec votre chiot. Les promenades pour un chiot sont de 5 minutes par mois d’âge jusqu’à 12 mois.

 

Eviter la monte et la descente d’escaliers avant 12 mois

 

Éviter l’activité physique excessive : Le bouvier bernois n’est pas un chien conçu pour les activités physiques très intenses.

 

Choisir une alimentation appropriée

 

En conclusion

Les tests mis à disposition des éleveurs

 

Le pré-test SH est un outil génétique d’aide aux éleveurs dans la gestion de leur élevage et des accouplements afin de diminuer l’incidence du Sarcome Histiocytaire dans la population de Bouviers Bernois. Prix du Pré test 105€

 

VWD1 - von Willebrand de Type 1 : Test génétique mis à disposition des éleveurs pour la maladie de Von Willebrand. Prix du Test 110€

 

SOD 1A ET 1B IDENTIFICATION ADN ; Test de dépistage de la Myélopathie Dégénérative. Prix du test 68€

 

Parenté certifiée ADN. Identification génétique du chiot et la vérification de parenté avec ses parents . Prix  65€

 

Radiographie des hanches et coudes : 130 €  plus lecture officielle 50€

 

Tout cela met en évidence que les éleveurs particulièrement les petits élevages familiaux ont des difficultés financières pour pouvoir faire de la bonne reproduction et des chiots Bouviers Bernois qui sont sains, mais également aussi participer à leur bon développement comportemental et pouvoir garder auprès d’eux leurs retraités et/ou réformés  Voir notre page éleveur

 

D’autres maladies communes à toutes les races

 

L’hypothyroïdie

Est la maladie hormonale la plus fréquente chez le chien. Elle concerne la glande thyroïde et les hormones thyroïdiennes dont le fonctionnement est insuffisant (« hypo »). L’hypothyroïdie s’accompagne à la fois de modifications physiques et comportementales qui rendent souvent la vie du chien en famille difficile.

Le diagnostic biologique est possible mais encore peu satisfaisant actuellement (cf. article diagnostic) : on dose la T4, la TSH et souvent le cholestérol. Un challenge thérapeutique est possible chez le chien car les hormones thyroïdiennes ne présentent aucune toxicité aigüe et n’entraînent pas de dérèglement de la glande thyroïde chez un chien qui n’en aurait pas besoin. Ce test consiste en l’administration d’hormones thyroïdiennes au chien suspect d’hypothyroïdie , et le vétérinaire apprécie après 2 à 4 semaines les effets bénéfiques apportés.

 

Le HOT SPOT

(OU DERMATITE PYOTRAUMATIQUE)

Un hot-spot est une dermite circonscrite, exsudative, due à des traumatismes que le chien s'est lui-même infligés.

 

Tout commence par une démangeaison ou une douleur qui provoque un grattage ou un léchage : il se forme alors une petite lésion, qui peut rapidement prendre de très fortes proportions sous l'effet de la macération sous un poil épais, de surinfections, et/ou d'une prédisposition raciale.

 

Il s'agit souvent d'accidents isolés qui seront traités au coup par coup, mais pour les chiens qui font des hot-spots à répétition, notamment, une cause sous-jacente, (atopie, parasitisme…), devra être recherchée.

 

Le traitement consiste avant tout à stopper la macération (tonte et nettoyage des lésions) et les traumatismes auto-infligés (collerette). Un antibiotique diffusant bien dans la peau sera souvent nécessaire, de même qu'un anti-inflammatoire. Si un facteur prédisposant a pu être identifié, il sera bien sûr éliminé - dans la mesure du possible !

Pour en savoir plus cliquer ici :

 

Dilatation ou Torsion de l’estomac

 

1.    Symptômes :

Ventre dur, gonflé, douloureux

Efforts pour vomir mais rien ne sort

Le chien mange de la terre, de l’herbe…

Hypersalivation

Etat de choc

 

2.  Ce qu’il faut faire :

Calmer l’animal

Se rendre très rapidement chez un vétérinaire, après l’avoir prévenu par téléphone

 

3.  Ce qu’il ne faut pas faire :

    Faire boire ou manger l’animal

Trocarder l’estomac (risque de perforer un autre organe, risque de péritonite +++)

Attendre pour voir si ça passe…

Accumulation de gaz dans l’estomac = dilatation

+/- rotation à 180° de l’estomac = TORSION

 

4.  Prévention

Donner 2 ou 3 repas par jour

Pas d’effort violent dans les deux heures avant et après un repas

Si effort prévu (entraînement ou compétition), donner une petite gamelle deux heures avant, plus rien avant la fin de la journée)

Si besoin d’énergie, préférer les barres énergétiques pour chien (petit volume, grande capacité nutritive) Surveiller attentivement les douleurs de ventre quelques heures après un repas

 

5.  Les occlusions :

Vomissements répétés, absence de selles, apathie, essentiellement les jeunes chiens

Ne pas attendre car le risque de lésions sur l’intestin est très important

 

Bien gérer une urgence

Garder son calme

Mettre le chien en sécurité

Museler le chien avant de le toucher si blessure importante

Bien l’examiner :

• Les membres

• Les muqueuses

• Prendre la température

Procéder aux soins d’urgence

Toujours appeler le vétérinaire avant de se rendre à la clinique

• Circonstances de l’accident

• Nombre de chiens en cause

• Nature des symptômes visibles

Durée de trajet pour se rendre à la clinique

 

Contenu type de la trousse de secours :

Compresses stériles et non stériles

Coton

Bandes élastiques adhésives et non adhésives

Bandes crêpes type Velpeau (tailles 2.5, 5, 7.5, 10 et 20 cm)

Paire de ciseaux

Désinfectant (type dakin, chlorexhidine, betadine…)

Topique oculaire et auriculaire

Thermomètre

Pince à tique

Pince à épiler

Savon

Grande couverture

Muselières de toutes tailles

Quelques lacettes-ruban

 

Des collerettes de toutes les tailles

 

 

 

En savoir plus sur la connaissance vétérinaire du chien ICI  

En savoir plus sur les vaccinations ICI 

 

Remerciements

Merci à

Sophie PELIKAN : Elevage des Maï de Poulidas http://www.elevage-des-mai-poulidas.fr/

Carine ANGLADE ESTIGNINI : Elevage de la lumière d’éden http://delalumierededen.chiens-de-france.com/bouvier-bernois.html

Sophie ARMATOL : Elevage Empreint de Jais http://www.bernois-bouledepoils.com/

Emile SALVADOR : Elevage du Rêve de Noé  http://durevedenoe.chiens-de-france.com/bouvier-bernois.html

Caroline AGOPIAN : Elevage de la Vallée d’Isaana http://www.isaana.com/

Pour nous avoir aidé à faire cet article

 

Sources

Cours d’éducateur canin de Claudine BERGER 

SCC http://www.scc.asso.fr/

AFBS http://www.afbs-asso.com/

CNRS de RENNES http://dog-genetics.genouest.org/index.php

Ecole Vétérinaire de NANTES http://www.oniris-nantes.fr/

Antagène :  http://www.antagene.com/fr

 

Chiens-Online : http://www.chiens-online.com/nos-fiches-appel-a-tous-les-passionnes-de-bouviers-bernois-veterinaire-eleveur-ou-proprietaire--fiche-2083-page-6.html